Semi et 10 km (suite)

Disons que cette règle s’applique à des distances comprises entre 10 et 21 km, celle du semi-marathon. Au-delà, l’entrainement devient plus pointu car il faut gérer d’autres paramètres liées à une augmentation kilométrique liées à des désagréments qui vont avec tels qu’une fatigue excessive et un risque accru de blessure. Focaliser votre énergie sur une préparation adaptée aux épreuves de 10 km et semi, vous permet de gérer harmonieusement les paramètres qui composent votre vie de tous les jours : activité professionnelle, famille, loisirs culturels…

En effet, que recherchons-nous prioritairement : simple performance ou bienfaits d’une activité pratique régulière du running ? Bien s’entrainer pour des distances intermédiaires permet d’obtenir les deux : reconnaissance liée à un résultat quantifié sur une épreuve officielle et liberté de pratiquer plus ou moins, tout en maintenant un stimulus suffisant pour exploiter son potentiel athlétique à travers un programme ludique et varié. Ne vous en privez pas !

Cet article a été publié dans Course. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s